Le cycle complet de la tomate commence très tôt. Pour avoir des fruits en été, il faut semer des graines de tomates en février environ. On ne sème pas les graines dans la terre directement. On les sème dans des barquettes de terreau jusqu’à ce que les graines donnent une minuscule tige et quelques feuilles. On extrait alors les plantules (qui font à peine trois ou quatre centimètres racines comprises) de la barquette et on les repique dans des mottes de terreau individuelle. Cela permet aux racines de se développer et à la plantule de grandir.

Au mois d’avril, selon les conditions météo, on plante les tomates à leur emplacement définitif, souvent sous une serre froide (c’est-à-dire, une serre sans chauffage). Jusqu’à la plantation, les plantules ont été maintenues dans un environnement plutôt chaud, car les tomates craignent fort le gel.

A partir de la plantation, il faut régulièrement tailler chaque pied (chaque semaine ou tous les quinze jours selon la vitesse du développement) et attacher la tige principale le long d’un tuteur. Sans la taille et le palissage (c’est ainsi qu’on appelle le fait d’attacher la tige à un tuteur), le pied de tomate se développerait naturellement sous la forme d’un buisson au ras du sol.

Sous serre froide, les premiers fruits apparaissent fin juin et (selon la météo) nécessitent une quinzaine de jours pour mûrir. Les premières récoltes ont donc lieu en juillet. La récolte peut continuer jusqu’à l’automne avec de fortes variation de rendement en fonction de la météo.

Photo by Robin St on Unsplash

Photo by Robin St on Unsplash