L’agriculture industrielle

L’agriculture paysanne est un projet ­politique. Il est une critique active de l’agriculture industrielle. Dans cette fiche, nous montrons d’abord ce qu’est l’agriculture industrielle et ensuite ce que l’agriculture paysanne peut proposer.

L’application des pratiques industrielles à l’agri­culture consiste principalement à augmenter la ­productivité du travail agricole. Pour cela, il faut ­augmenter le rendement des plantes et des animaux et remplacer partout où c’est possible les humains par des machines.

En l’espace de trente ans (1950-1980), les rendements agricoles ont été multipliés par un facteur deux, tandis que la consommation d’énergie fossile (carburant) était multipliée par un facteur trois. Cette énergie fossile remplaçait la main-d’œuvre : la part des personnes actives dans l’agriculture dans la population active passe de 20 % à 5 % en l’espace d’une trentaine d’années.

En plus de la mise en œuvre d’énergie fossile, l’augmentation des rendements a été obtenue par l’usage d’engrais chimiques de synthèse, l’usage de produits de traitement*, la sélection végétale et animale*.

L’industrialisation de l’agriculture signifie aussi que la production agricole est de plus en plus encadrée par l’industrie. Elle fournit : machines, engrais, produits de traitement, semences végétales et animales. Puis elle achète les produits agricoles bruts et assure leur transformation et leur distri­bution.
L’industrie a besoin d’une standardisation des produits, ce qui entraîne la perte de la biodiversité.

L’agriculture paysanne

Autonomie

L’autonomie, c’est l’objectif de sortir la production agricole de l’encadrement industriel à l’amont et à l’aval. Par exemple, les semences ou les aliments des animaux sont produits sur les fermes. Il s’agit également de reconstruire des filières de transformation et de distribution dans lesquelles les paysans sont partie prenante.

Répartition

Il s’agit par exemple de répartir le foncier, pour des paysans plus nombreux, mais aussi de mieux répartir les revenus de la ferme entre l’investissement et le travail (privilégier le travail). Il s’agit encore de mieux répartir la valeur ajoutée le long des filières de transformation et de distribution : le prix payé par les mangeurs doit rémunérer tous les acteurs de la filière. La répartition implique la coopération plutôt que la concurrence.

Transmissibilité

Les fermes sont des outils de production facilement transmissibles. La concentration des terres agricoles s’est produite parce que la mécanisation et la raréfaction des surfaces ont augmenté la valeur des fermes, empêchant la reprise. Les grands domaines doivent être fractionnés au profit de petites structures créant des emplois.

Développement local

Les paysans sont les acteurs privilégiés d’un territoire : ils travaillent la terre et façonnent les paysages. Ils doivent être en prise avec les autres acteurs de ces territoires : habitants, autorités politiques locales, vie associative. Les liens tissés excèdent le seul lien commercial (acheter-vendre des produits).

Travail avec la nature

Avec cet axe thématique, l’agriculture paysanne rejoint largement les objectifs de l’agriculture biologique : préservation des sols contre l’érosion, économie des ressources rares et utilisation des ressources abondantes, limitation des intrants chimiques, réduction de l’empreinte carbone, etc.

Qualité des produits

Les produits de l’agriculture paysanne privilégient la qualité sur la quantité. Il s’agit surtout de la qualité nutritive des produits. La qualité n’est pas le luxe et les produits doivent répondre à un usage quotidien. Ce ne sont pas des produits pour un marché de niche.

Glossaire

Ce glossaire explique les mots de vocabulaire technique contenus dans les fiches pédagogiques publiées par le Projet alimentaire du quartier. L’objectif de ce glossaire, comme celui des fiches pédagogiques, est d’améliorer notre connaissance commune des questions agricoles et alimentaires pour que chacun.e puisse participer en connaissance de cause aux décisions qui touchent le Projet alimentaire du quartier.
N’hésitez pas à nous contacter si vous pensez que d’autres mots mériteraient d’être expliqués ici ou si vous avez des questions sur l’agriculture et l’alimentation.

Céréales panifiables

On appelle céréales panifiables l’ensemble des céréales avec lesquelles on peut faire du pain. Aujourd’hui, le blé constitue l’essentiel des céréales panifiables cultivées. Il en existe d’autres : engrain (petit épeautre), épeautre, seigle, par exemple. On parle de céréales brassicoles pour les céréales avec lesquelles on fabrique du malt pour faire de la bière (principalement l’orge). On parle de céréales fourragères.

Circuit long

Il s’agit d’un type d’agriculture dans lequel les intrants (voir ce mot) sont acheminés sur la ferme, puis les produits de la ferme sont transportés pour être stockés et transformé, puis à nouveau transportés pour être distribués. Le tout sur des distances importantes. On parle de circuit court soit lorsqu’il est possible de donner une distance maximum pour la provenance des intrants et la distribution des produits ; soit lorsqu’on donne un nombre d’intermédiaire maximum entre la production et la vente au détail.

Cycle plante-animal-plante Cycle plante-animal-plante

Il s’agit d’un cycle biologique qu’on peut décrire ainsi : les animaux mangent les plantes, les digèrent et évacuent de la matière organique qui permet aux plantes de croître et ainsi de suite. Lorsque les plantes qui nourrissent les animaux sont produites sur un autre continent (c’est le cas par exemple du soja et du maïs qui servent à l’alimentation des vaches laitières ou de boucherie), on dit que le cycle plante-animal-plante est rompu. Cette rupture du cycle nécessite l’usage d’engrais chimiques dans certaines zones et implique un excès d’azote dans d’autres zones (algues vertes en Bretagne par exemple).

Féverole

La féverole est une plante de la famille des fabacées (trèfle, soja, luzerne, lentille) très utilisée pour l’alimentation animale, en particulier des porcs et des volailles. C’est la même plante que la fève utilisée en alimentation humaine, mais certaines variétés ont été adaptées à la culture en grands champs et à la récolte mécanisée.

Foin

Le foin est l’ensemble des plantes récoltées sèches (ou en vue d’être séchées) pour assurer l’alimentation des ruminants (vaches, moutons, chèvres) pendant l’hiver. Il s’agit de plantes de prairies (voir ce mot).

Fourrage
On appelle fourrage l’ensemble des aliments donnés aux animaux.
Intrants

Les intrants sont l’ensemble des substances employées pour mener à bien une culture. Parmi ces substances, on pense souvent aux produits de traitement*, aux semences, à l’eau. On oublie aussi souvent le pétrole (carburant des machines, chauffage des serres) qui est pourtant, aujourd’hui, un intrant nécessaire à la plupart des cultures.

Panifiables
voir céréales panifiables.
Pâturage, pâture

Il s’agit d’une prairie (voir ce mot) dont les plantes sont consommées fraîches, sur place par les animaux d’élevage (ruminants, porcs en plein air, etc.). Les terrains qui, en raison de particularités topographiques (fortes pentes, pierres qui affleurent, etc.) ne peuvent être cultivés facilement sont utilisés comme pâturages.

Prairie

Les prairies sont des espaces constitués de très nombreuses variétés de plantes. On y trouve principalement des graminées : fétuque, ray-grass, fléole; et des légumineuses: trèfle, luzerne, sainfoin, etc. Lorsque les prairies ne sont jamais intégrées dans une rotation (voir ce mot), on parle de prairies permanentes. Lorsqu’elles sont intégrées dans une rotation, on parle de prairies temporaires. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, il y a de nombreuses sortes de prairies différentes. On parle de prairies pauvres ou maigres lorsque la part de fibres dans les plantes est importante et la part d’azote faible. Dans le cas inverse, on parle de prairies grasses. Cela dépend surtout de la richesse du sol de la prairie et du fait qu’on lui apporte ou non de la matière organique (fumier). Les prairies maigres ont aujourd’hui presque disparu.

Petit-lait

C’est le résidu liquide de la fabrication des fromages à pâte dure. Il est traditionnellement utilisé pour l’alimentation des cochons. Il est parfois aussi donné aux petits des ruminants (veaux, cabris, agneaux). Il est parfois utilisé pour l’alimentation humaine (Rivella)…

Produits de traitement

Cette expression désigne l’ensemble des produits destinés à prévenir ou à guérir les maladies ou les ravageurs des plantes. Contrairement à une idée répandue, l’agriculture biologique n’empêche pas le recours à l’ensemble des produits de traitement, mais uniquement à ceux issus de la chimie de synthèse. Ainsi, les produits comme le cuivre ou le souffre sont autorisés en agriculture biologique.

Reproducteur (animal)

En sélection (voir ce mot) animale, on conserve le sperme de certains animaux mâles pour le commercialiser en vue de l’insémination des animaux femelles. Les animaux retenus pour cette fonction sont appelés reproducteurs.

Rotation

La rotation est la succession de cultures sur un même terrain. On cherche à inclure dans une rotation des plantes de genres ou d’espèces différentes pour éviter l’épuisement des ressources contenues dans le sol et pour limiter la pression des maladies et des ravageurs. La rotation n’est pas l’association , qui consiste à cultiver en même temps plusieurs espèces sur la même parcelle.

Sélection

La sélection consiste à choisir certains individus (animaux ou plantes) pour produire des semences ou certaines graines afin qu’elles soient semées plutôt que consommées. Elle consiste également à définir les critères qui dirigent ces choix. Aujourd’hui, cette activité est le plus souvent séparée du processus de production : elle s’effectue hors des fermes ou sur des parcelles dédiées. Elle est confiée à des sélectionneurs professionnels.

Système agro-alimentaire

Un système agro-alimentaire est l’ensemble des fonctions nécessaires à l’approvisionnement alimentaire et l’ensemble des rapports entre ces fonctions. Les fonctions essentielles d’un système agro-alimentaire sont : la production agricole, la transformation, le stockage et la distribution des produits agricoles, la consommation de ceux-ci. On parle de système agro-alimentaire territorial lorsqu’on essaie de maintenir le plus possible de ces fonctions dans un territoire donné. Le système agro-alimentaire des Vergers est un exemple de système agro-alimentaire territorial…

Tourteau

c’est la masse solide qui reste après qu’on a pressé l’huile. Les graines des plantes qui donnent de l’huile (colza, tournesol, soja) sont en effet soumises à une très forte pression pour en extraire l’huile. Après cette opération, il reste une masse appelée tourteau. Cette masse représente environ 50 à 75 % de la masse des graines. Le tourteau est une des principales sources de l’alimentation animale. Il est en effet très riche en protéines végétales (entre 25 et 50 % du poids brut selon les plantes).